État actuel de la littérature scientifique : absence de preuve.
À propos d'une potentielle action qu'aurait un soin à distance, de bons résultats ont été obtenus par la mesure de paramètres (comme la tension artérielle ou la douleur par exemple) qui sont sensibles aux facteurs contextuels dont fait partie l'effet placebo. De bons résultats ont aussi été obtenus par la mise en place de protocoles dont les précautions prises pour réduire ou éviter les biais étaient insuffisantes.
Les revues systématiques, qui paraissent dans les journaux spécifiques faisant la promotion des thérapies dites "alternatives", n'engendrent pas de conclusions clairement optimistes.

Concernant les études ci-dessous :
- Celle de 2016 a montré de bons résultats significatifs en observant le retentissement de la visualisation mentale par Informativité tissulaire sur le ressenti de douleurs chroniques variées. Plusieurs indices (significativité, paramètres annexes, comparaison contre placebo, ...) permettent d'avoir suffisamment confiance en ses résultats pour entreprendre une deuxième étude plus solide. Mais plusieurs autres indices (simple insu, paramètre mesuré, peu de participants, ...) incitent aussi à la prudence.
- Celle en cours depuis 2020 reste dans la lignée de la précédente, avec la douleur comme paramètre mesuré, mais avec une qualité de protocole nettement supérieure pour éviter les biais. Cela permettrait de confirmer, infirmer ou nuancer les conclusions de la première étude, mais aussi, si les résultats obtenus s'avéraient positifs et significatifs, d'entreprendre une troisième étude dont le paramètre mesuré serait clairement objectif (mesure goniométrique par exemple).